La Danse Libre de Malkovsky
 

Préserver pour reconstruire

Ecrire la danse

par Jacqueline Challet - Haas

 Contact

ENSEIGNER

Accueil
Plan du site
La Danse Libre de Malkovsky
Week-ends à Paris
Ateliers hebdomadaires
Micadanses
Week-ends à Lyon

Du mouvement naturel vers...
Mouvements de base
Axe 1 , axe 2 , axe 3 , axe 4 , axe 5
Répertoire
Suzanne Bodak
Alexandre Bodak

 TRANSMETTRE

DANSES LIBRES

Visibilité du répertoire
Avec des danseurs :
Photos de Laurent Pailler
Ce que dit la presse

 MALKOVSKY

Danseur, Educateur
Repères biographiques
" Pour danser"
Ecrits de Malkovsky

 PRESERVER

Ecrire la danse
La notation Laban
Karin Hermes-Sunke
Notation de la danse libre
A propos des danses notées
Chorégraphies notées
Chronologie des
Constantes du style
Le 7e Prélude de Chopin
La Berceuse
Documentation
Les musiques écrites pour
Liens
Films : extraits
"
Grande valse"
"
Danse slave n°8"
"5e mazurka"

 DOCUMENTS

DVD "La Danse Libre de Malkovsky"
Ce DVD multilingue
(Vidéo et ROM) fait revivre l'œuvre
et le style du chorégraphe
français d'origine thèque
François Malkovsky (1889-1982), continuateur d'Isadora Duncan
et précurseur de la danse moderne

DVD "Malkovsky par lui-même"
Ce DVD fait revivre Malkovsky enseignant, dansant dans son studio à Paris en 1965.

"Philosophie du geste"

"La Danse de Malkovsky
à travers la notation Laban"

« Pourquoi note-t-on la danse ? Que signifie "noter la danse" ?

La notation Laban est à mon sens la seule qui parte directement du mouvement et qui possède un même signe pour exprimer conjointement le temps et l'espace.

Laban, danseur et chorégraphe, est parti de l'observation de l'humain pour dégager quelques concepts de base comme la verticalité, la symétrie du corps et le sens de la progression.

Le mouvement humain est complexe par essence ; il était donc nécessaire de revenir aux principes fondamentaux du geste. C'est ce qu'il fit.

« Avec la notation Laban on transcrit le moindre déplacement visible, même infime. Mais on ne peut noter que ce que l'on voit, quelque chose qui a un début et une fin et qui se reproduit lorsque la pièce est redansée.

Il n'y a pas que la forme qui s'inscrit dans ces petits signes : dès que vous utilisez un symbole qui rend compte aussi bien de la vitesse que du transfert de poids, la "couleur" du mouvement apparaît.

Mais attention, on ne note pas ce que le danseur doit penser quand il danse !
Comme pour la musique, l'interprète s'imprègne du texte, le digère, puis le joue ou le danse.
Lorsqu'une de mes élèves remonte quelques minutes d'un solo de Ruth Saint-Denis, je lui rappelle toutes ces années qui la sépare de la création.
Elle est une personne d'aujourd'hui : elle investira donc dans l'œuvre sa propre mémoire, son héritage personnel.

Une chose est cependant acquise, c'est le squelette du mouvement, précis et sans ambiguïté.

La comparaison avec la musique s'impose, tous les interprètes n'écrivent pas des symphonies, mais tous savent lire une partition et peuvent, ce faisant, hériter de toutes les musiques et danses éditées. » (Cahier du Renard n°14 1993)

Noter la « danse libre »  de Jacqueline Challet-Haas

La danse, quel que soit son style, a la réputation tenace d'être intransmissible autrement que de « corps à corps », par imitation directe et orale. Lorsqu'il s'agit des courants de la danse « libre » apparue dès l'aube du XX° siècle, la certitude de cette intransmissibilité n'en est que plus forte, dans la mesure où, par son essence même, cette danse « libre » ne veut se référer à aucun « code précis ».

Chaque style de danse requiert de ses praticiens une analyse rigoureuse pour en comprendre les sources et mécanismes fondateurs. Ce n'est pas un des moindres mérites de Suzanne Bodak d'avoir mis toute sa passion pour analyser et analyser encore ce style qui fait partie d'elle-même, dont il fallait qu'elle devienne spectateur pour en mieux trouver les profondeurs enfouies dans son corps et ensuite les traduire sur le papier, grâce à son apprentissage de la Cinétographie Laban.

La transcription d'une danse en signes s'apparente à ce processus et demande beaucoup de sensibilité et de savoir-faire.

L'apport de Karin Sunke, grâce à ses merveilleuses qualités d'interprète, étayées par un solide esprit d'analyse a été essentiel : il a permis la confrontation de deux regards qui a enrichi et « peaufiné » la notation des exercices d'étude et des quelques chorégraphies consignées dans cet ouvrage.» « Mémoire vive d'un héritage »

Jacqueline Challet-Haas, fut l'élève de Albrecht Knust, disciple direct de Rudolf Laban.
Elle fonde le Centre National d'Ecriture du Mouvement (CNEM) à Crépy en Valois 60 800 en France
Elle enseigne l'analyse du mouvement et la notation Laban au Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Paris. Traductrice de « La Maîtrise du Mouvement » de Laban, paru chez Acte Sud en 1994. Auteur de la Grammaire de la notation Laban en deux volumes publiée par le Centre National de la Danse.
Vice-présidente de l'International Council of Kinetography Laban (ICKL).

© AMM 2009